Héro de Momatt ...

... ou comment j'ai «sauvé» une anglaise.

MomattJe ne me lasse pas de souligner que le territoire du Klein Matterhorn soit le plus ennuyant de toute l’espace de ski. En fait, il y en a trois exceptions: ces trois pistes sont tous trois des descentes dans la vallée. Ce sont Furgg-Furri, Momatt et Tiefbach! Peut-être que c’est la raison pour laquelle les gondoles qui descendent dans la vallée sont si bondées quand je monte au Schwarzsee à 17 h. Malheureusement, Momatt et Tiefbach sont souvent fermées aux alentours de Pâques.
*
Avril 2004. Vers 16:15 h je pars vers Schwarzsee pour prendre, tout d’abord et pour la première fois, la Tiefbach et aussitôt après la descente Furgg-Furri. Ma femme et mes enfants en ont assez pour aujourd’hui et c’est pour ça que je me trouve seul dans une des gondoles. Jusqu’ici, je ne sais pas encore pourquoi je rate l’entrée de cette piste. Mais je passe la Tiefbach et prends la Momatt qui Zermattse révèle être la plus dure des deux. La neige profonde ne fait aucun problème pour moi comme snowboarder et j’atteinds très vite les passages étroites. Ici, la descente fait juste deux ou trois bosses de large et il faut souvent riper sur les bosses pour plusieurs mètres pour continuer. Parfois il faut éluder des roches ou des arbres petits.
*
Quand je contourne un des bosses très large je vois une skieuse qui est allongée à ce bosse et qui me regarde comme si je serait un Wolpetinger2 en personne (ou au moins Zermatt un lièvre variable). Elle a l’age à peu près de 35 ans et elle est anglaise en sorte que la conversation suivante se déroule en anglais: «Allez vous bien?», je la demande. «J’ai perdue ma confiance en moi. Ce n’est pas une piste qui me plaît. Je ne sais pas comment j’y suis arrivée! » Alors, je ne sais pas non plus comment on peut «y arriver» malgré ces 1200 plaques, démesurées et multilingue. C’est la plus haute catégorie qui est skiable sans prendre un hélicoptère.
Quoi qu’il en soit, j’assure à cette dame que je reste derrière elle: «Avancez s’il vous plaît!». Quand je vois qu’elle veut descendre des bosses l’un après l’autre à pied ce qui devrait durer jusqu’à minuit, je la enhardis: «Prenez la direction de la tête du bosse, puis tournez.» A ma grande surprise cela marche bien comme si elle prit cette piste à dessein. «Si vous prenez cette piste Zermattà partir de maintenant, vous pouvez vous améliorer beaucoup!» je crie à elle quand nous arrivons à la piste Weiße Perle. Puis, j’accélère pour prendre la descente Furgg-Furri. Et cette fois-ci, je ne renconte personne pendant que je remonte à Furgg.
*
Quand je revoie cette dame le jour suivant elle crie à moi: «My hero!» en français «mon héro!» ou mieux «mon sauveur!». C’est l’exclamation qui nomme cette histoire. 

1 Momatt et Tiefbach ne sont pas des pistes reguliers. Elles sont jaunes, c’est à dire non préparées et non controlées. En raison de leur large basse et leur neige incalculable, elles réclament beaucoup d’exercice. En cas de piste glacée très difficile.
2 Le Wolpertinger est un animal de montagne rarement vu dont la grandeur n’est pas specifiée. Il est pour les alpes ce qui est le Yeti pour le Himalaya. Assurément, je suis absolument sûr que j’ai vu un au dessous de la Rote Nase. Malheureusement, je n’avais pas une caméra ce jour-là.