Les 3 Vallées

Val Thorens/loger et faire les courses - équipement de mesures

Les 3 Vallées Notre résidence «Temples du Soleil» à Val Thorens photographié à travers la vitre du fond de l'autocar manuellement et sans flash. Ce qu'on peut voir c'est seulement «la pointe du glaçon». L'appartement se trouve dans une partie de l'immeuble qui est orienté vers la montagne. L'ironie de l'histoire, c'est qu'on arrête avec l'ascenseur au deuxième étage même si on vient de la huitième étage. Dans note complexe d'appartements se trouve directement un supermarché qui s'appelle «de huit à huit» même s'il est déjà ouvert à 7 heures 30 et dans lequel se trouve aussi un magasin de sport spécialisé.
Les 3 Vallées*
En France, j'ai déjà vu beaucoup de mauvaises logements et je doit dire qu'ici, ça confirme vraiment mes appréhensions les plus terribles. Et on nous loge dans une vieille partie de l'immeuble. Il est vrai que j'avais préparé ce voyage sous le nom de code «la campagne de France» parce que normalement une armée n'a pas besoin de plus d'équipement technique que moi sur ses campagnes, mais un campement si réaliste je voulait à Val Thorens à ce moment-là.
Les 3 Vallées*
Mais en tout cas, il est sec et il fait chaud, même si on ne chauffe pas. Et la technique n'est pas en péri. Lors de ce voyage, mon équipement se limite à deux appareils de photo numériques, d'une part le Kodak DX7590 avec lequel je ne fait pas une photo mais qui se trouvait toujours à ma ceinture, et d'autre part le Sony Alpha 100 avec 27-300mm KB-Équivalent. C'est la première fois que je n'emporte plus un appareil analogue.
Les 3 Vallées*
De plus, j'apporte un récepteur de GPS pour lequel j'ai consacré un photographe à part. Le petit a seulement un poids de 90 gramme. À fin que je peut lire directement les nouvelles données et à fin que je peut les traiter, j'emporte mon portable de 15,4 pouces. Il est équipé de toutes sortes de câbles d'un lecteur de 35 cartes différentes, une lumière l'USB et de plusieurs médias de protection. Tout est «totalement digital» maintenant. 
Val Thorens*
Après tout, avec tous cet équipement, je peux quartes sur le cinq jours, avant minuit déjà calculer le nombre de kilomètres de pistes descendus le jour même. Malgré que j'ai un deuxième récepteur de GPS, je ne peut pas faire d'autres de notre groupe de prendre des mesures. Avec la possibilité de pouvoir directement voir la vitesse de pointe à la quelle on est arrivé, on a un vrai événement.